«Il n’est pas question que de nouvelles terrasses de restaurants prennent la place des commerçants du marché ! » Le Député-Maire ne pouvait pas être plus clair en ouvrant ainsi la réunion avec les commerçants du marché des Halles, qui s’est tenue le 9 juillet en mairie.

Une mise au point limpide suite à une pétition laissant penser que l’activité des exposants pourrait être déplacée, voire supprimée. Juste après la rénovation des Halles ? Le premier magistrat n’a pas manqué de souligner l’incohérence : « Nous venons de consentir près de 900 000€ de travaux pour rendre son âme au marché, et nous irions la lui retirer en supprimant les étals des commerçants ? Un peu de bon sens ! » Les craintes ainsi apaisées, la réunion a pu entrer dans le vif du sujet : « Après ces travaux, il faut maintenant parler de la vie du marché et de ses abords. La mise en zone piétonne, encadrée par un arrêté de 1989 et évoquée encore en 2008 au moment où se précisaient les travaux du musée Cocteau, doit être respectée. »

La salle, remplie par la cinquantaine de commerçants du marché, écoute avant que plusieurs ne s’expriment. Chacun évoque sa situation, ses contraintes et avance des propositions. Au final, tous acceptent que l’accès aux rues Gélis et des Marins – strictement réservé aux véhicules des exposants – soit restreint à deux plages horaires (de 6h à 9h et de 12h30 à 13h30), en dehors desquelles aucune voiture ne serait tolérée.

La question d’un « sens unique » pour éviter le retournement dans l’allée est également mise à l’étude. Ces modalités doivent être confirmées dans un prochain règlement modifié. Parmi les dernières questions de la soirée la réfection du sol extérieur, et des travaux souhaités par certains à l’intérieur des Halles, ont aussi été abordés.

Concluant la réunion, Jean-Claude Guibal a rappelé que l’attractivité du marché reposait sur son organisation et son ambiance, liées à la bonne entente entre la Ville et les commerçants. Ce que ces derniers ont approuvé, se disant satisfaits par cette concertation.