Plus de 1 800 personnes ont assisté à la cérémonie des voeux qui s’est déroulée le 15 janvier au palais de l’Europe. L’occasion pour le Député-Maire de faire le point sur l’ensemble de l’actualité et d’évoquer l’avenir de Menton.

Les chaises étaient alignées dans la salle du forum et les écrans installés au sein du théâtre Francis-Palmero. Le tout agrémenté d’arômes qui émanaient des petits fours présentés sur de nombreuses tables. Comme de coutume lors de la présentation des voeux du Député-Maire à la population, chaque détail avait été peaufiné afin d’accueillir de façon chaleureuse plus de 1 800 mentonnais, élus et officiels. Sur la scène du forum, le député a entamé son discours en revenant sur une année dramatique : « L’hubris, dans l’Antiquité, c’est quand les dieux deviennent fous et qu’ils entrent en guerre. En 2015, les dieux ont perdu la raison et l’hubris s’est déchainé à tous les niveaux. Pour moi, il n’y a pas de tâche plus urgente que celle de détruire Daesh, ses djihadistes et ses kamikazes (…). » Après une minute de silence en hommage à toutes les victimes des ces terroristes, Jean-Claude Guibal a ensuite évoqué la situation du territoire national : « On a commémoré et déploré. Il fallait le faire. Maintenant il faut regarder l’avenir. J’espère que 2015 nous apparaitra comme une année de basculement, de prise de conscience et de passage à l’acte. »

Laïcité et identité

« J’ai été choqué que lors des incidents d’Ajaccio, ce soient les marches pacifiques et les slogans des manifestants qui aient été stigmatisés par les porte-paroles de la bien-pensance plutôt que le guet-apens, tendu une nuit de Noël, aux pompiers et aux gendarmes. Bien sûr, les Ajacciens étaient chez eux et ils ont bien fait de le rappeler. Je préfèrerais que la laïcité signifie bien respect et neutralité de l’État à l’égard des religions plutôt que de la voir devenir antireligieuse ou s’ériger en religion de substitution. La laïcité militante n’a pas pour objet – sauf à se contredire – de favoriser les religions conquérantes au détriment des religions apaisées. Elle ne peut pas laisser les français israélites ne plus oser porter la kippa et ne peut non plus effacer le fait que notre culture et nos valeurs sont judéo-chrétiennes (…) Il faut cesser de nous auto-flageller. Nous devons défendre les valeurs de notre civilisation et affirmer notre fierté d’être Français. L’identité française, quoi qu’en disent les donneurs de leçons, n’a jamais été une identité fermée, mais au contraire une identité ouverte, suffisamment forte et sûre d’elle-même pour respecter les autres cultures et chercher à s’enrichir en dialoguant avec elles. »

L’avenir de Menton

En conclusion, le député a assené « qu’aimer la France, c’est arrêter de la corseter dans une production surabondante de lois, de règlements et de normes. C’est cesser de l’asphyxier sous le poids d’une fiscalité écrasante ». Faisant ainsi place au premier magistrat qui a déclaré que malgré les désagréments de diverses natures, Menton était demeurée calme et sereine en 2015 grâce aux forces de l’ordre. Et de rappeler la création d’une direction de la sécurité, le maintien de l’équilibre budgétaire sans augmentation d’impôts, la réalisation d’économies par le biais de la mutualisation des services de la Ville avec ceux du CCAS et de l’Office de tourisme, et l’investissement de 7,5 millions d’euros dans le fonctionnement de la cité : « En 2016 nous allons poursuivre la réalisation de notre projet de ville mis en œuvre depuis vingt-cinq ans. Exalter l’identité de notre ville pour lui permettre de s’ouvrir sans crainte à la modernité, avec un investissement de 10 millions d’euros – toujours sans augmentation d’impôts – dans les logements sociaux, les crèches, les chaussées de trottoirs ou encore les ralentisseurs. Nous allons continuer la requalification du quartier des Halles et créer un service marketing afin d’assurer la promotion de la ville. Un service qui sera mis à la disposition des communes de la CARF, comme l’ensemble des services de la ville centre. Car, la mutualisation est un enjeu historique, un cap décisif pour tout l’Est du département. »


Votre cadre de vie en 2016 :

• 81 logements sociaux livrés au cours de l’année, dont 25 dans quelques jours.
• Un carrousel pour la place Clemenceau réaménagée.
• En octobre, ouverture de la micro-crèche « Chat perché » dans l’ancienne école des Moulins.
• Préservation des subventions allouées aux associations et clubs sportifs.
• Poursuite du développement économique de la ville avec le déploiement de la fibre optique.
• Mise en route du pôle d’excellence en soins de suite et de réadaptation de l’hôpital La Palmosa. Futur regroupement des résidents de l’EHPAD au centre de Gorbio.

En cours d’étude :

• Projet de l’écoquartier relancé et début des premières démarches cette année.
• Lancement d’une étude en vue de procéder à la restauration des bâtiments patrimoniaux : basilique, chapelles des Pénitents blancs, noirs et Saint-Jacques et Bastion.
• Reboisement du plan du Lion et des Granges Saint-Paul avec l’ONF.
• Lancement d’une consultation pour une restauration du palais de Carnolès et de la tour de la Noria.

Du côté du paysage :

• Plage du Borrigo : engraissement test avec des galets roulés de 20/40 mm (du 15 avril au 15 mai).
• 3e casier : début des études pour l’extension d’une plage de 30 mètres de large depuis le torrent du Borrigo jusqu’au pont de l’Union.
• Camping Saint-Michel : nouvelle délégation de service public avec restauration de l’auberge de jeunesse destinée à l’exploitation sous une autre forme.
• Hôtel 5 étoiles : rejet du dernier recours en janvier par la Cour administrative de Marseille. Lancement du projet dans les mois à venir.

Le parc de stationnement :

• Livraison du parking des Sablettes à la CARF en juin, ouverture au public en novembre et aménagement de surface de la dalle par la Ville.
• Étude de faisabilité en cours pour la réalisation du parking multimodal situé sous la gare, en lien avec la SNCF qui en est le maître d’ouvrage (environ 400 places).
• Parking de quartier de 61 places, situé dans le Careï en face des Lavandières, livré en fin d’année.