Dix ans. Dix ans que la décision européenne était attendue. En bénéficiant d’une Indication Géographique Protégée (IGP), le « Citron de Menton » écrit une nouvelle page de son histoire. Un succès qui en appelle d’autres pour la cité.Sitôt connue, la nouvelle de l’attribution par l’Union européenne d’une IGP au Citron de Menton a suscité une joie légitime teintée de soulagement. Si le résultat semblait acquis ces dernières semaines, depuis que la France avait donné un avis favorable, la décision au plus haut niveau de l’Europe vient récompenser des efforts de longue haleine. Dix ans ont été nécessaires en effet pour réfléchir, rédiger et finalement imposer la candidature du précieux « fruit d’or », l’autre nom de l’agrume du pays mentonnais. Le succès, obtenu en partenariat avec l’INAO (Institut NAtional de l’Origine et de la qualité) et les communes concernées, au premier rang desquelles la Ville de Menton, a pour artisans principaux l’APCM (Association pour la Promotion du Citron de Menton) et ses membres. Jean-Claude Guibal les a félicités chaleureusement, ainsi que le président de l’APCM Bernard Franco et Cédrick Hérisson, directeur de Menton Initiative Riviera (ex-ADERF) qui a accompagné l’action de l’association sous l’égide de la CARF.

La fin d’un paradoxe

Si l’IGP obtenue couronne l’implication des acteurs de la filière, le label met surtout fin à un curieux paradoxe, qui voulait jusqu’à présent que l’agrume, symbole de Menton, ne bénéficie pas de la protection accordée à d’autres produits identitaires Français. Déjà reconnu par le grand public (la Fête du Citron a notamment ancré Menton comme « cité du citron » dans l’esprit de tous, des États-Unis jusqu’au Japon), le Citron de Menton était aussi réputé auprès des spécialistes, à commencer par les grands chefs étoilés, pour ses qualités gustatives uniques. L’un d’eux, Joël Garault, premier président de l’APCM, avait d’ailleurs largement contribué à inscrire l’agrume mentonnais au menu des grandes tables, comme l’a rappelé Jean-Claude Guibal. Il ne restait donc au Citron de Menton qu’à obtenir la reconnaissance des instances internationales, ce qui est désormais chose faite.

De belles perspectives

Et maintenant ? L’IGP va permettre d’organiser la filière, d’encadrer la production en faisant respecter le cahier des charges, et de développer les cultures jusqu’à susciter des vocations. Un rôle joué par l’APCM, qui organise en ce sens des réunions régulières avec ses membres. L’aventure ne fait cependant que commencer et doit s’inscrire dans un plan d’aménagement et de promotion, en lien avec les communes. Le Député-Maire de Menton, qui fut à l’origine de la création de l’APCM en 2004 pour relancer la production du Citron de Menton, a fixé les prochains objectifs : « La culture du citron fut la première vague du développement économique que Menton a connue, avant celles du tourisme et, aujourd’hui, du développement numérique que nous soutenons. Nous allons relancer cette culture et il faut que Menton redevienne enchâssée dans des citronneraies, comme autrefois. Nous l’avons prévu dans notre prochain Plan Local d’Urbanisme – PLU – en dédiant des terrains non constructibles à vocation agricole à une agriculture identitaire et raisonnée. » Mais le développement passera aussi par la promotion du label : « Il nous faut réfléchir, au sein d’une structure spécialisée, à une démarche marketing digne du Citron de Menton, qui est un produit haut de gamme » a rappelé Jean- Claude Guibal. Une chose est sûre : avec l’IGP, le Citron de Menton a son avenir entre ses mains.

Qu’est-ce que le Citron de Menton ?

Saviez-vous qu’il peut y avoir sur un même arbre des citrons éligibles à l’IGP et d’autres qui ne le sont pas ? Le label est en effet délivré pièce par pièce, chacune devant répondre à un cahier des charges strict. Taille, mode de culture, variétés, élévation des parcelles… Les critères sont nombreux. Pour le public, l’intérêt de l’IGP est d’identifier les agrumes qui possèdent les qualités uniques du Citron de Menton. D’un diamètre de 53 à 90mm, d’un jaune vif à verdâtre, il est récolté à la main et ne reçoit ni traitement chimique ni cire sur son écorce finement granuleuse. Le Citron de Menton est juteux (teneur de 25% minimale) et très parfumé. Son goût est d’une douceur caractéristique, qui le rend plaisant en cuisine : d’acidité moyenne, il n’a pas d’amertume particulière.